Miss Dumplin

J’ai vu le film Netflix en décembre. Et je l’ai regardé deux fois en un week-end. Ça a été un des mes coups de cœur de l’année 2018 pour un tas de raisons. J’ai découvert une artiste, Dolly Parton, dont je ne connaissais même pas le nom (shame on me) qui a créé des chansons géniales. Je me suis clairement identifiée au personnage principal, Willowdean, aka Dumplin pour sa maman. Elle est attachante, parfois têtue, courageuse et merveilleusement elle. J’ai également adoré l’amitié entre Will et Ellen.

Alors quand j’ai vu le livre Miss Dumplin sur étagère d’une librairie dans laquelle je me baladais, je n’ai pas hésité une seconde et j’ai pris le seul exemplaire en stock pour l’acheter. Le lendemain, je commençais la lecture et j’ai aussitôt adoré le bouquin, même si j’ai préféré le film (sans doute pour ses acteurs et parce que j’ai lu le livre après). C’est une histoire géniale. Qui change vraiment des autres bouquins pour adolescents.

L’héroïne est une adolescente. Elle est grosse et s’assume totalement jusqu’au jour où Bo, un de ses collègues du fast-food dans lequel elle travaille, va l’embrasser. Elle va commencer parfois à ne plus se sentir à l’aise dans son propre corps… Quant à sa mère, elle organise une fois par an le concours de beauté de leur petite ville du Texas, Clover City. Et cette année, Willowdean décide de s’inscrire au concours. Pour prouver que tout le monde y a sa place. Et aussi pour sa tante Lucy, décédée plusieurs mois auparavant.

« Lucy disait que les meilleures amies ont à la fois tout et rien en commun. »

Déjà dans le film, cette phrase me parlait. Je me fais souvent cette réflexion avec une de mes meilleurs amis. On se rend compte de temps en temps qu’on a parfois pas du tout les mêmes goûts. Mais je me dis… peu importent que les goûts divergent si les valeurs humaines, sociales et politiques sont les mêmes, c’est le plus important pour s’entendre avec ceux qui comptent le plus pour nous. Et des valeurs communes, c’est ce que partagent Willowdean et Ellen.

« Qui que vous soyez, il y aura toujours quelqu’un de plus beau, de plus intelligent ou de plus mince. La perfection n’est rien de plus qu’une ombre, un fantôme que nous pourchassons tous. »

De ces deux phrases, j’en tire une morale simple : qui que vous soyez, soyez en fier ! Cela ne sert à rien de se perfectionner dans le but d’être le meilleur de tous. Si vous voulez vous améliorer sur quelque chose, faites-le pour vous. Et dites-vous aussi que nous n’avons pas tous la même définition de ce verbe et ce n’est pas grave.

Je vous laisse, avec ces paroles de l’auteure, Julie Murphy, dans ses remerciements :

« Les ados grassouillets, les ados maigres, les grands, les petits et tous les autres dans la moyenne : je suis si contente que nous soyons tous différents les uns des autres. Sans ça, le monde serait bien ennuyeux. »

VIVE LA DIFFÉRENCE !

Booksvarden

P.S. : si vous avez lu et/ou vu l’œuvre, n’hésitez pas à me donner votre avis dessus !

Un commentaire sur “Miss Dumplin

  1. Je n’ai vu ni le film (que je vais m’empressé de regarder du coup) ni lu le livre mais tu m’a donner fort envie de faire tout cela ! J’aime la mentalité de l’auteure à parler des différences , car c’est ce que nous vivons tous à cette époque fixé sur le physique parfait. Même si je ne suis pas ronde, je suis aussi parfois confronté à me regarder dans un miroir et à me regarder de haut en bas en fixant tout ce qui ne vas pas… Alors qu’au final on devrait s’accepter car c’est ca qu’y fait notre différence et notre force !
    Merci Marie pour ton article, j’ai adoré !!! ❤

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s