Le début des grands commerces

Bonjour !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’Au bonheur des dames d’Emile Zola que j’ai lu en lecture commune avec mon amie Sixnovembre. 

J’avais beaucoup aimé L’Assommoir quand je l’avais découvert en seconde pour les cours de français (c’est-à-dire il y a environ six ans…). C’est pourquoi j’ai eu envie de découvrir un autre roman de cet auteur qui était dans ma pile à lire. 

Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s’amoncellent, éblouissants, délicats, de faille ou de soie. Tout ce qu’une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d’enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace. Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d’elle le symbole du modernisme et des crises qu’il suscite. Zola plonge le lecteur dans un bain de foule érotique. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie. (synopsis Booknode)

J’ai juste adoré ce bouquin ! Seules les descriptions des différents espaces du magasin m’ont un peu agacée, mais elles n’étaient pas non plus interminables et laissaient place à l’intrigue qui, elle, était très intéressante. Je me suis dès le début attachée à Denise, personnage très courageux qui ne baisse pas les bras. Octave est, quant à lui, quelqu’un qui change au cours de l’histoire. Au début détestable, il devient peu à peu un homme pour lequel on peut ressentir des émotions assez favorables. Les collègues hommes et femmes de ces deux personnages principaux sont pour certains impardonnables, pour d’autres touchants et les derniers laissent indifférents. 

J’ai juste été un peu déçue de la fin qui est pour moi trop rapide et laisse sur un goût d’inachevé. En tout cas, cela m’a donné envie de lire tous les Rougon-Macquart dans l’ordre et j’espère que je pourrai le faire bientôt. 

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ? Vous tente-t-il ? Vous avez peut-être lu d’autre(s) de Zola ? Dites-moi tout !

Des bisous et merci, 

Booksvarden 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s