Ciao Bella

Ciao Bella de Serena Giuliano est un roman qui m’a été prêté par mon amie @sixnovembre. Ça faisait presque un an qu’il se trouvait dans ma pile à lire et puis je vous ai demandé de choisir ma prochaine lecture et vous avez été nombreux à voter pour celui-ci. 

J’ai tout de suite accroché au style de l’autrice. Débuter les chapitres par des retranscriptions de rendez-vous avec la psychologue de la narratrice permet de se plonger rapidement dans l’histoire et la vie d’Anna. C’est d’autant plus un véritable page-turner que les chapitres sont très petits. 

Pour faire court, on suit Anna durant plusieurs années de sa vie. C’est une femme qui a beaucoup d’anxiété et de peurs qu’elle cherche petit à petit à combattre. Je me suis beaucoup retrouvée en Anna de par certaines de ses angoisses. C’est rassurant de constater qu’on est loin d’être la seule à avoir ces peurs paniques, ces angoisses qui empêchent parfois d’avancer. Bon, honnêtement je savais bien que je n’étais pas la seule, ayant des amis à qui cela arrive aussi, mais ça fait également du bien de le lire dans une fiction ! 

L’histoire a également occasionné chez moi de nombreux sourires que ce soit par les références (Friends, Astérix et Obélix : mission Cléopâtre que j’adore), des peurs “bizarres” comme le dit Anna elle-même, des réactions attachantes, les pensées et réflexions d’Anna enfant, etc. 

Pour continuer cet article, je vous propose quelques citations qui m’ont vraiment parlé. Elles ont réveillé et évoqué en moi des impressions, des pensées, des souvenirs, des questionnements que j’avais envie de vous partager. 

“- J’ai peur, madame. J’ai peur tout le temps. Et de moi, le plus souvent.”

Une énumération de peurs. Un sentiment de n’avoir jamais vécu sans angoisses. Alors que ça ne fait même pas un an que l’anxiété m’a gagné, j’ai cette impression constante de vivre sous le joug de l’angoisse.

La peur de soi. Pour moi, ça représente la peur de ce que je peux ressentir, de ce pour quoi j’angoisse ou de ce dont j’ai peur. Et ça soulève forcément des questionnements : “pourquoi j’ai peur de ça ? C’est débile !”, “pourquoi j’angoisse pour quelque chose d’aussi futile ?”…

“Pas un bonheur qui n’ait été entaché par une petite crise d’angoisse bien sympathique” et “Je me hais d’être si faible, de gâcher chaque bon moment, de les soûler avec ça.”

Une fois encore, je me reconnais beaucoup ici, j’ai toujours l’impression de gâcher les bons moments avec mes crises d’angoisse ces derniers temps. Toujours là pour ternir le tableau. Je culpabilise au lieu d’accepter. Je me trouve faible au lieu de me sentir forte. J’ai l’impression d’embêter constamment mes amis au lieu de leur faire confiance quand ils me disent que c’est ok et qu’ils sont là pour moi.

“C’est toujours aussi émouvant de voir resurgir un souvenir au coin d’une rue, de croiser un visage familier qui nous reconnaît tout de suite, d’entendre le son des cloches, les rires des gens. J’ai admiré chaque recoin. J’ai tout photographié dans ma tête, tout retenu.”

Je me fais souvent la réflexion en me baladant dans mon village : c’est génial d’avoir des voisins qu’on connaît depuis si longtemps, de s’arrêter, de leur dire bonjour, de prendre des nouvelles. On ne retrouve malheureusement pas cela en ville. Je me rappelle que quand j’étais petite, j’allais de temps en temps à Lille car mon grand-père y habitait et ça m’avait choqué de ne pas avoir de retour à mon bonjour auprès des passants. C’est si triste en fait. C’est comme si tout le monde s’ignorait et se fichait des autres. 

“En italien, il y a une expression pour signifier “je t’aime en amitié”. Pour définir cet amour-là, différent du sentiment amoureux mais tout aussi puissant, on dira “ti voglio bene”, littéralement “je te veux du bien”.” 

L’amitié a toujours été très importante pour moi, peut-être plus que pour certaines personnes (du moins j’en ai parfois l’impression). C’est vraiment quelque chose pour laquelle je suis reconnaissante chaque jour. J’ai la chance d’avoir des amis incroyables qui me soutiennent quoi que je fasse, qui sont toujours là quand j’ai besoin et je ne les remercierai jamais assez. Ce serait génial de trouver une formulation unique qui soit à la hauteur de l’amour que l’on porte à ces personnes extraordinaires qui nous accompagnent à chaque étape de la vie. Si vous avez des propositions, vous savez où me trouver haha !

J’espère que l’article vous a plu, même s’il parle plus de moi que du livre en lui-même ! N’hésitez pas à me dire si vous l’avez lu, en tout cas je vous le conseille vivement. Il est super sympa ! Et je serai touchée aussi de discuter avec vous de votre rapport à l’amitié ou aux autres belles choses de la vie 🙂

Merci de votre lecture, 

~ Booksvarden ~

Un commentaire sur “Ciao Bella

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s